17, rue Irénée Carré 08000 Charleville-Mézières Tél : +33 (0)3 24 32 12 29 fax : +33 (0)3 24 54 68 27 Mél : infos ale08.org

Transports Véhicule électrique : vers une nécessaire gestion de la demande en électricité

Faire un don

grâce à

Agenda

Formation Docteur Watt : une 1ère en région Grand-Est

Formation Docteur Watt : une 1ère en région Grand-Est


Emission "les clés de la rénovation" : chauffer l'eau sanitaire avec une EnR

Emission "les clés de la rénovation" : chauffer l’eau sanitaire avec une EnR


Film "Power to Change, la rebellion énergétique"

Film "Power to Change, la rebellion énergétique"


Film "Demain" à Poix-Terron

Film "Demain" à Poix-Terron


Journée Développement Durable à Poix-Terron

Journée Développement Durable à Poix-Terron


Forum "Consommer Autrement" à Villers-Semeuse

Forum "Consommer Autrement" à Villers-Semeuse


Voir tout l'agenda >


Véhicule électrique : vers une nécessaire gestion de la demande en électricité

Dernière mise à jour le 30 juillet 2015

Les véhicules électriques sont depuis quelques temps sous les feux des projecteurs. Ils font l’objet, avec les véhicules hybrides, d’un plan national présenté par le MEEDDM le 1er octobre 2009, qui comprend 14 actions concrètes. Des questions se posent cependant sur la gestion de cette nouvelle demande en électricité et sur l’optimisation de la réduction des gaz à effet de serre (GES) attendue.

Les véhicules électriques sont qualifiés de véhicules "décarbonés" ou à zéro émission de CO2 ou encore à zéro émission à l'utilisation. La problématique liée à ces véhicules se cache dans cette nuance car la façon de produire l'électricité nécessaire à recharger les batteries est déterminante en termes d'émissions de GES. En effet, si la demande électrique supplémentaire qu'ils génèrent accentue le phénomène d'appel de pointe, elle conduira à solliciter davantage la production par des centrales thermiques émettrice de CO2. Les émissions de GES ne seront pas imputables à l'utilisation des véhicules mais à la production de l'électricité qu'ils consomment (les émissions du "puits au réservoir"). Par conséquent, pour bénéficier pleinement du potentiel que représentent les véhicules électriques dans la lutte contre l'effet de serre, il est impératif de mettre en place des méthodes et des technologies de charge intelligentes qui permettrons de promouvoir la charge en heures creuses (la nuit) et de la baser sur la production des énergies renouvelables. Le bureau d'étude Néerlandais CE Delft, a réalisé une étude sur le sujet pour le compte de Greenpeace Europe, les Amis de la Terre Europe et Transport et Environnement (résumé traduit ci-dessous).

Par ailleurs, les batteries qui équipent les véhicules électriques sont basées sur différentes technologies: elles peuvent fonctionner au Plomb, au Lithium-ion, au Nickel-Cadmium, au Nickel Métal Hydrure. Ces différences conduisent à des variations de coût, de performance et de durabilité. Les batteries au Lithium, par exemple, offrent de bonnes performances mais entraînent un surcoût très important. De plus, le Lithium est un métal stratégique dont les gisements exploitables sont limités et concentrés en Amérique du sud. Déjà fortement sollicité par les technologies de la communication, il sera l'objet de tension en cas d'exploitation à grande échelle pour l'automobile.

L'ADEME réalise actuellement une analyse de cycle de vie du véhicule électrique. Cette étude devrait permettre de préciser l'impact de ces véhicules sur l'environnement et les émissions de GES en particulier.

Document(s) à télécharger

Resume etude CEDELFT